Pierres Blanches : la Ville valide les grands projets

> Retour à la liste

Economie & emploi

Quarante ans après la fermeture d'Usinor, la ville de Denain est résolument engagée sur la voie de son renouveau. Un renouveau économique, porteur de nombreuses créations d'emplois, qui va s'écrire sur la friche laissée par le géant sidérurgique. Anne-Lise Dufour-Tonini a souligné le caractère "historique" de la réunion du conseil municipal tenue le mercredi 22 mai. A l'unanimité, celui-ci a validé le principe de modification de l'échangeur n°31 de l'A21 et le tracé de la voie de desserte de la zone des Pierres Blanches, ainsi que le projet d'implantation sur celle-ci du logisticien Log'S.

A1

Pour la circonstance, la maire était entourée de Fabienne Millet, du Pôle développement économique de la Porte du Hainaut, et de Franck Grimonprez, PDG du groupe Log'S. La communauté d'agglomération, qui a engagé la requalification de la ZAC des Pierres Blanches en 2013, va financer également, avec l'Etat et la Région, la modification de l'échangeur autoroutier et la réalisation de l'aménagement routier, qui soustraira le trafic poids lourds du trafic urbain et résidentiel. Les travaux doivent débuter en fin d'année, pour une ouverture attendue fin 2020-début 2021.

L'activité de la plate-forme multimodale ne démarrera pas avant. Premier prestataire en logistique au nord de Paris, Log'S va investir 50 millions d'euros, construire 100 000 mètres carrés de bâtiment et créer 350 emplois (40 personnes du cru sont déjà en formation ou employées sur le site d'Anzin). Son intérêt s'est porté très tôt sur Denain, grâce à la trimodalité et à sa situation au centre d'un bassin de 80 millions de consommateurs dans un rayon de 400 kilomètres. L'implantation de l'entreprise logistique va entraîner, sur site, le déplacement de l'entreprise Jean-Lefebvre, mais aussi la construction, par le groupe Log'S toujours répondant à une demande de la Ville, de 30 cellules pour accueillir TPE ou PME. "On peut difficilement optimiser plus le terrain", constate Franck Grimonprez, qui conclut : "Nous serons prêts pour le canal Seine-Nord Europe."