Ella se dévoile sur le parvis de la mairie

> Retour à la liste

culture

Impossible de la rater quand on arrive sur le parvis de l'hôtel de Ville. Monumentale et majestueuse, l'oeuvre de street art qui se révèle aux yeux des passants est signée Akhine. L'artiste a dessiné et peint sur le pan de mur qui prolonge le Centre Communal d'Action Sociale Ella, la fille de son amie d’enfance. Ella est une jeune fille de 16 ans qui lutte depuis plusieurs mois contre un cancer. « C’est une vraie guerrière » nous confie Akhine.

La réalisation relève d'une forme d'alchimie entre plusieurs acteurs. En premier lieu, la municipalité qui travaille sans relâche pour mettre en lumière la Ville par la biais de la culture sous toutes ses formes. Grâce également au Collectif Renart qui est déjà à l'origine de fresques murales dans notre Ville, notamment celle réalisée à l'angle de la place Gambetta par les jeunes des LALP. Organisatrice de la Biennale Internationale d’Art Mural à Lille, l'association a pour objectif de faciliter à tous l’accès au street art. Et en dernier lieu, il y a l'artiste lui-même. Sollicité pour son approche du figuratif, Akhine a rejoint le collectif d'artistes (peintres, illustrateurs, photographes…).

Natif de Paris, Akhine a grandit à Reims. « Je suis de la vieille école du graf, celle du lettrage » explique ce grand fan de BD. Le graffeur s'est affirmé au fil des années et jouit dorénavant d'une grande popularité dans l'univers du street art. L'année dernière, il était le parrain du « Morlaix Arts Tour », le plus grand festival du graffiti en Bretagne. 40 heures de travail auront été nécessaires pour réaliser la fresque de six mètres sur neuf. Particularité de l'oeuvre, elle se distingue par l'effet « Mona Lisa ». Cette spécificité désigne un portrait (une peinture ou une photographie) qui donne la sensation que les yeux de la personne représentée sont constamment rivés sur l'observateur, indépendamment de sa position, de sa distance et de son angle par rapport à l’image.

« Je me suis documenté sur l'histoire de la Ville. Denain a livré beaucoup de combats. C'est une ville qui a souffert avec l'arrêt de la sidérurgie. Le fait d'avoir imagé Ella avec une armure et des ailes en acier n'est pas anodin » révèle le graffeur. Et de souligner qu'avec son côté futuriste et moderne, la fresque incarne l'avenir. Denain se relève grâce aux projets portés par les élus en place. Ella va aussi se relever grâce l'amour de ses proches et de nous tous.