En pleine reconversion

Moulin 1

Traversée par l'Escaut à grand gabarit, desservie par deux autoroutes et par le tramway de Valenciennes, l'ancienne cité minière et sidérurgique a entamé sa reconversion avec de réels atouts.

À deux heures de Paris et une heure de Bruxelles, Denain, 20 000 habitants, est la deuxième ville de l'arrondissement de Valenciennes et la ville-centre de la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut (CAPH).

Moulin vue aérienne

Au cœur du bassin minier du Nord, c'est l'ancienne capitale du charbon et de l'acier. Le poète mineur Jules Mousseron l'appelait la « ville feumière », en référence au feu qui faisait fondre l'acier grâce au charbon en embrasant le ciel la nuit et aux innombrables cheminées qui crachaient leurs panaches de fumée. Les 15 fosses (pour 18 puits) ont produit 34 millions de tonnes de charbon, lequel a cessé d'être exploité en 1948. La ville a été le berceau et le siège du groupe Usinor, jusqu'à la fin des années soixante-dix. Le terril Renard, devenu un espace naturel sensible, la fosse Mathilde et la cité Chabaud-Latour sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2012.

Renouvellement urbain

Si elle reste marquée par ce riche passé industriel, Denain est aujourd'hui une cité en pleine mutation, que va accélérer dans les dix prochaines années le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), au bénéfice du centre-ville. Quartier emblématique, le Faubourg Duchateau a le premier connu une rénovation en profondeur. En 2018, la ville a vu la rénovation de son théâtre à l'italienne, qui est un joyau, ainsi que de son musée. En 2019, se construisent un magnifique centre aquatique, au cœur du parc Zola, et un cinéma de sept salles, à l'entrée de la rue commerçante ; c'est aussi l'année de la requalification de la place Gambetta, une des trois places emblématiques.

80 hectares pour un gisement d'entreprises

Près de dix mille personnes travaillent à Denain. La ville est jeune, de tradition sportive, et possède en son centre 20 hectares de nature. Sa situation au bord de l'Escaut et à la jonction des autoroutes A2 et A21 lui donne des atouts qui en font une ville résolument tournée vers l'avenir. Un avenir qu'elle construit sur les traces de son passé : les 80 hectares laissés par Usinor ont donné naissance à la zone d'activités des Pierres Blanches, où les entreprises sont assurées de bénéficier demain de la trimodalité ainsi que d'un réseau de chaleur. La reconversion est en marche.